Conseils utiles

Règles de tir des pistolets TT, PM, PSM

Charger et décharger le pistolet PM


Fig. 36. Munitions des magasins de munitions

Fig. 37. Retrait des cartouches du magasin

Pour charger un pistolet sur ordre "Charge" ou un tir autonome, il faut:
- retirez le pistolet de l'étui, retirez le chargeur de la base de la poignée, placez le pistolet dans l'étui,
- équipez le magasin de cartouches pour lesquelles, en tenant le magasin dans votre main gauche, placez les cartouches dans le magasin les unes après les autres, en appuyant avec votre pouce jusqu'à ce que la cartouche dépasse sur les bords supérieurs pliés des parois latérales du magasin, appuyez sur la capsule pour la fermer à l’arrière de la caisse du magasin,
- retirez le pistolet de l'étui et insérez le chargeur dans la base de la poignée,
- envoyez la cartouche dans la chambre du canon, fermez le fusible (baissez le drapeau), amenez le boulon de la main gauche à l'extrême arrière et relâchez-le,
- allumez le fusible (tournez le drapeau du fusible avec le pouce de la main droite afin qu'il ferme le cercle rouge) et mettez le pistolet dans l'étui.

Note En situation de combat, le pistolet doit être chargé à l'avance.

Pour arrêter complètement de tirer, la commande "Décharge" est donnée.

Sur cette commande, le tireur doit:
- arrête d'appuyer sur la queue de la gâchette,
- allumer le fusible,
- désamorcer le pistolet.

Pour décharger le pistolet:
- retirez le chargeur de la base de la poignée,
- fermez le fusible (abaissez le drapeau),
- retirez la cartouche de la chambre pour laquelle, tenant le pistolet dans la main droite par la poignée, reprenez le boulon avec la main gauche et relâchez-le, sortez la cartouche jetée hors de la chambre de la chambre (le sol) et essuyez-la avec un chiffon,
- allumer le fusible,
- mettre le pistolet dans l'étui,
- retirez les cartouches du magasin: en prenant le magasin dans la main gauche, déplacez les cartouches une à une avec le pouce droit, le long du chargeur de magasins, et saisissez-les avec un aboiement de la même main,
- retirez le pistolet de l'étui, insérez le chargeur dans la base de la poignée, replacez le pistolet dans l'étui et refermez le couvercle de l'étui.

Fig. 38. La position du pistolet et du chargeur dans la main à la commande "Arme - pour inspection"

A la commande "Armes - pour inspection", le tireur est obligé:
- retirez le chargeur de la main gauche de la base de la poignée du pistolet et placez-le sous le pouce de la main droite devant le fusible de manière à ce que l'alimentation du chargeur soit à une hauteur de 2 à 3 cm par rapport au déclencheur,
- après inspection de l'arme par le chef tireur, prenez le magasin dans sa main gauche,
- avec le pouce de votre main droite, appuyez sur le bouton de délai de l'obturateur et relâchez l'obturateur,
- en appuyant sur la gâchette, déclenchez la gâchette,
- mettre le fusible dans la position "protection",
- insérez le chargeur dans la base de la poignée,
- Insérez le pistolet dans l'étui et fixez le couvercle de l'étui.

Charger et décharger la mitrailleuse Ak74 (mitrailleuse RPK74)

Fig. 39. Munitions des magasins de munitions

Pour charger la machine (mitrailleuse) il vous faut:
- attachez un chargeur équipé à la mitrailleuse (mitrailleuse), si elle n'y était pas précédemment attachée,
- retirer la machine (mitrailleuse) du fusible,
- mettre le traducteur sur le type de feu nécessaire,
- tirez vigoureusement le cadre du pêne jusqu'à la rupture et relâchez-le,
- placez la machine (mitrailleuse) sur le fusible s'il n'y a pas d'ouverture immédiate du feu ou si l'ordre d'incendie n'a pas été suivi et transférez la main droite sur la crosse du pistolet.

Si le magasin n'était pas équipé de cartouches avant le chargement de la mitrailleuse (mitrailleuse) ou si les cartouches étaient épuisées pendant le tir, il est nécessaire d'équiper le magasin.

Pour équiper le chargeur de cartouches, vous devez prendre le chargeur dans la main gauche avec le cou relevé et le côté convexe à gauche, et dans la main droite - les cartouches avec des balles au petit doigt de sorte que le bas de la manche se soulève légèrement au-dessus du pouce et de l'index.

Tout en tenant le magasin légèrement incliné vers la gauche, appuyez sur le pouce pour insérer les cartouches une par une sous les plis des parois latérales, le bas du manchon se trouvant à l’arrière du magasin.

Pour équiper un magasin de cartouches d'un support, il faut: prendre le magasin dans la main gauche, y fixer l'adaptateur avec la main droite de façon à ce que ses plis s'insèrent dans les rainures correspondantes sur le col du magasin, en tenant le magasin dans la main gauche, insérer le clip de la cartouche dans l'adaptateur de la main droite, Dans ce cas, les cartouches doivent être orientées vers le haut en appuyant du doigt droit sur le manchon (en bas) de la cartouche supérieure et en passant le clip entre le majeur et l'index, noyer les cartouches dans le magasin, retirer le clip vide de l'adaptateur, mettre un nouveau clip de magasin de munitions et dosnaryadit, retiré de l'adaptateur magasin. L'utilisation de clips accélère les munitions du chargeur.

Pour équiper le support de cartouches, insérez-le dans l'adaptateur de manière à ce qu'il s'insère dans les rainures de l'adaptateur et repose contre sa butée.

Fig. 40. cartouches de magasin d'équipement à partir d'un clip:
1 - chargeur, 2 - adaptateur, 3 - clip, 4 - cartouches


Fig. 41. cartouches de munitions d'équipement:
a - avec un adaptateur, b - sans adaptateur


Fig. 42. Retrait des cartouches d'un magasin

Fig. 43. La machine est préparée pour l'inspection en position debout

En tenant le clip avec l'adaptateur dans la main gauche, avec la main droite, en tenant la cartouche par la balle et la partie supérieure du manchon avec trois doigts (pouce, index et milieu), insérez-le dans les rainures du clip (Fig. 41, a).

Le support peut être équipé de cartouches sans adaptateur, pour cela, prenez le support dans la main gauche et dans la droite - la cartouche, en appuyant sur le crochet à ressort, insérez une balle entre le support et le ressort (noyer le crochet), insérez les cartouches dans les rainures du support (Fig. 41, b) , retirez la cartouche de la cartouche située sous le ressort de la cage.

Pour décharger la machine (mitrailleuse) il vous faut:
- séparer le magasin,
- retirer la machine (mitrailleuse) du fusible,
- ramenez lentement le cadre du boulon par la poignée, retirez la cartouche de la chambre et libérez le cadre du boulon,
- appuyer sur la gâchette (tirer sur la gâchette du coq de combat),
- mettre la machine (mitrailleuse) sur le fusible,
- le prendre "à la ceinture" si le tir a été effectué debout ou posé (abaisser le crosse de la mitrailleuse) sur le sol si le tir a été effectué en position ventrale,
- retirer les cartouches du magasin et les fixer à la mitrailleuse (mitrailleuse),
- ramasser la cartouche extraite de la chambre.

Pour retirer les cartouches du magasin, vous devez prendre le magasin dans la main gauche, le cou en place, appuyer la saillie vers vous, la main droite avec la cartouche, déplacer les cartouches une par une, puis les retirer du magasin.

Après le déchargement, si nécessaire, le commandant donne le commandement: "Arme - pour inspection."

Pour cette commande, vous avez besoin de:
en position couchée: séparez le magasin et placez-le près de la machine (mitrailleuse) avec le cou vers vous, retirez la machine (mitrailleuse) du fusible, ramenez le cadre de la culasse par la poignée et tournez la machine (mitrailleuse) un peu à gauche, après avoir inspecté la chambre et le commandant du magasin, relâchez le cadre en avant, tirez sur la gâchette du robinet de combat (appuyez sur la gâchette), placez la machine (mitrailleuse) sur le fusible et fixez le magasin à la machine (mitrailleuse),
en position debout: en tenant la machine (mitrailleuse) avec la main gauche derrière le fût, séparez le magasin avec la droite et placez-la dans la main gauche avec le chargeur (la partie convexe de vous-même), avec vos doigts pour presser le magasin contre l'avant-bras de la machine (mitrailleuse), retirez la machine (mitrailleuse) avec le fusible, ramenez le cadre de la culasse et tournez la machine (mitrailleuse) un peu vers la gauche.

Après avoir inspecté la chambre et le chargeur par le commandant, libérez le cadre de la culasse vers l'avant, tirez la gâchette du coq de combat (appuyez sur la gâchette), placez la mitrailleuse (mitrailleuse) sur le fusible, fixez le magasin et amenez la mitrailleuse à la position "ceinture" .

Chargement et déchargement de la mitrailleuse PKT installée dans la salle de contrôle

La mitrailleuse est chargée dans l'ordre suivant:
- s'assurer que l'interrupteur à bascule email descente sur le panneau de commande l'unité de commande est en position hors, installez le boîtier de la cartouche avec le ruban adhésif dans son support et fixez-le avec le loquet,
- ouvrez le couvercle du récepteur de la mitrailleuse pour lequel, avec le pouce de la main droite, appuyez sur le loquet, et du côté gauche soulevez le couvercle du récepteur
- avec votre main droite, tirez une partie de la bande de la boîte et placez-la dans le récepteur de sorte que la première cartouche avec le bord inférieur du manchon dépasse les crochets de l'extracteur,
- fermez le couvercle du récepteur.

Pour mettre la centrale en mode travail nécessaire:
- interrupteur à bascule email descente et la vue réglé sur ON,
- ouvrir le capot de protection pour tirer sur des cibles aériennes à un angle d'élévation supérieur à 15 °,
- ouvrir le rideau du bonnet de camouflage,
- ramenez le cadre du boulon par la poignée de rechargement et avancez la poignée,
- appuyez sur le bouton d'alimentation et, en le maintenant, tirez en rafales courtes ou longues.

Pour arrêter de tirer, relâchez simplement le bouton d'alimentation.

Attention! Après la cessation du tir la mitrailleuse reste chargéeque vous devriez toujours vous souvenir et prendre des précautions. Pour continuer à tirer, vous devez à nouveau appuyer sur le bouton d'alimentation.

L'arrêt de la prise de vue peut être temporaire (changement de boîte à cartouches) et terminé.

Si le tir est arrêté temporairement, le mitrailleur doit cesser d'appuyer sur le bouton de dégagement, dégager le manchon du manchon de retrait des manchons et des maillons (détacher le sac, vider les manchons et les maillons, fixer le sac), replacer le boîtier de la cartouche et continuer à tirer.

Lorsque la prise de vue s’arrête complètement, désactivez les commutateurs à bascule la vue et EL Descente, fermez le couvercle de la sortie de la tour, fermez le couvercle de protection et le rideau du capuchon de camouflage.

La mitrailleuse est déchargée dans l'ordre suivant:
- assurez-vous que l'interrupteur à bascule est sur le panneau de commande de l'unité de commande email descente debout en position hors,
- ouvrez le couvercle du récepteur, retirez l'adhésif du récepteur et placez-le dans le boîtier de la cartouche,
- soulevez la base du récepteur et retirez la cartouche restante,
- en tenant le cadre du boulon par la poignée de rechargement, appuyez sur la gâchette de la main gauche et poussez doucement le cadre du boulon vers l'avant,
- fermez le couvercle du récepteur,
- nettoyer la manche de la manche du robinet des manches et des maillons.

TT GUN SHOOTING

En règle générale, les armes sont utilisées lorsque les autres méthodes et moyens de résolution du conflit ont été épuisés ou qu'il est impossible de les utiliser.

Par conséquent, il ne suffit pas d'avoir une arme à feu dans votre poche ou votre étui, vous devez être capable de l'utiliser à bon escient, car ce n'est qu'alors que Tokarev deviendra un ami fiable sur lequel vous pourrez compter. Vous devez également vous rappeler le danger mortel de manipulation présomptueuse de cette arme.


Rappelez-vous une fois pour toutes les règles suivantes concernant le maniement des armes:
• connaître le dispositif et les caractéristiques de votre arme,
• nettoyez et lubrifiez régulièrement vos armes,
• ne portez pas une arme défectueuse, ne vous attendez pas à «prendre peur» avec elle,
• ne pointez jamais une arme à feu sur quelqu'un qui n'a pas l'intention de tirer,
• ne rangez pas le pistolet chez vous avec des munitions,
• ne donnez jamais votre arme à personne, et encore moins laissez-la tirer,

• s'entraîner constamment aux méthodes de manipulation des armes et de tir.
Une pratique de tir en profondeur est nécessaire avant de pouvoir dire en toute confiance que vous savez tirer avec un pistolet. La formation avec lui devrait consister à pratiquer les techniques suivantes:
retirer le pistolet, charger, se tenir, viser, appuyer sur la gâchette, changer le chargeur, éliminer les retards éventuels, se déplacer avec des armes.

Immédiatement avant le tir, vous devez essuyer soigneusement l’alésage et la chambre, ainsi que vérifier le fonctionnement des mécanismes. Après avoir essuyé le canon, il devrait être soigneusement inspecté et assurez-vous qu'il n'y a aucun objet étranger là-bas. Avant de charger le pistolet, le boulon doit être brusquement tiré plusieurs fois en arrière et libéré. Ce conseil est particulièrement pertinent aux basses températures ambiantes. Cela réduira la résistance aux mouvements ultérieurs de l'obturateur et de certaines parties de la gâchette et contribuera au bon fonctionnement du pistolet au début du tir.

De plus, selon les canons de l'armée, pour prendre une position debout, il est nécessaire de:
• tourner à mi-chemin vers la gauche et, sans mettre le pied droit, le faire avancer vers la cible de manière à ce que les jambes soient à la largeur des épaules,
• détachez le couvercle et retirez le pistolet de l’étui,
• tenir le pistolet à la verticale, museau au niveau de l'oeil droit,
• le bras gauche doit être librement abaissé le long du corps ou étendu derrière le dos.

Lorsque vous tirez d'un genou, vous avez besoin de:
• remettre le pied gauche en arrière de sorte que le bout du pied soit contre le talon du pied droit,
• tomber rapidement sur le genou gauche et s'asseoir sur le talon du pied gauche, garder le pied droit du genou au pied aussi droit que possible, le bout du pied dans la direction de la cible,
• retirer le pistolet de l'étui, éteindre le fusible.

En tirant en position couchée:
• faites un pas complet avec votre pied droit en avant et un peu à droite,
• en vous penchant en avant, mettez-vous sur votre genou gauche et posez votre main gauche sur le sol devant vous, en vous penchant successivement sur la cuisse du pied gauche et l'avant-bras de la main gauche, vous devez vous allonger sur le côté gauche et rapidement tourner sur le ventre,
• retirez le pistolet de l'étui et retirez le fusible.

Donc, exactement selon les instructions, tout doit être fait? Les experts disent que ce n'est pas nécessaire. Il est seulement important que toutes les opérations de préparation et de tir se fassent de manière naturellement libre, sans asservissement du corps, sans fatigue de la vue, des muscles des bras, des jambes, en général, sans nerfs et des genoux tremblants.

Une question importante pour le tireur: comment garder les armes lors du tir? Il y a peu de choix - avec une ou deux mains. Lorsque vous tenez le pistolet avec une main, pliez le pouce et l'index de manière à ce que la poignée repose librement sur le dos du tissu de jonction entre les doigts et que le pontet repose sur le majeur. Déplacez votre index sur le côté et pressez les autres doigts jusqu'à ce que le pistolet soit maintenu fermement. Ne pas forcer les muscles, ne pas "étrangler" le pistolet, le tenir librement, sans trembler dans la main. Placez la première phalange (clou) de l'index sur la gâchette et - vous pouvez viser. Dans ce cas, respirez uniformément, selon la formule de la respiration superficielle.

Une respiration profonde et bruyante, ainsi que ses longs retards, n'apporteront aucun bénéfice - la fatigue s'installe, les mains tremblent encore plus. En phase finale de visée, juste avant le tir, une pause respiratoire de quatre à cinq secondes est justifiée, au cours de laquelle vous devez avoir le temps d’appuyer sur la gâchette.

Lors de la maîtrise de la descente, il est possible pour les débutants de recommander une «descente douce», dans laquelle le tireur appuie sur la gâchette avec le même mouvement de «tirage» du doigt pendant tout le cycle de travail, jusqu'à ce que la gâchette saute «soudainement» du peloton.
Un tireur expérimenté qui connaît la nature de sa gâchette devrait utiliser la «gâchette sèche» lorsque le trait libre (ralenti) est rapidement sélectionné, que la vue est affinée et qu'un tir final léger est tiré.

Dans tous les cas, lorsque cela est possible, le pistolet devrait être tenu à deux mains. L'exception concerne les situations dans lesquelles le tir est effectué immédiatement après le retrait de l'arme sans viser des distances ultra-courtes. La prise du manche à deux mains facilite le contrôle de la visée et le tir de "deux".

Il existe trois manières principales de tenir le pistolet à deux mains:
• soutenir avec une main libre pour une main de tir au poignet,
• prise du pistolet sur la main de tir
• soutien du bras de tir par le bas.

Le choix de telle ou telle méthode dépend des capacités physiques du tireur et des compétences disponibles. L'arme doit être maintenue aussi profondément que possible dans la main afin de réduire le moment de «lancement» qui se produit lors du tir. Plus la distance entre la ligne de l'alésage et la ligne de l'avant-bras de la brosse est petite, plus il est facile de tirer rapidement et avec précision.

Lorsque vous tenez le pistolet à deux mains, la restauration du crash après le tir précédent prend un minimum de temps. Le taux de combat réel réalisable d'un pistolet TT est de huit tirs dirigés contre des cibles situées le long du front en sept à neuf secondes. La cadence de tir au combat caractérise l'aptitude d'une arme à maintenir une pointe après un tir. Il s’agit d’une caractéristique globale d’une arme et dépend de la capacité du magasin, de la rapidité de son remplacement et de la stabilité de l’arme lors du tir. La stabilité du pistolet lors du tir dépend à son tour du rapport entre l’inertie du recul, la masse de l’arme et son design.

En gros, la stabilité peut être estimée comme le rapport entre l’énergie initiale et la masse des armes. Pour un pistolet TT, cette valeur est de 3,5 J, ce qui permet au tireur de contrôler le recul après un tir. Étant donné que l'axe du canon de l'arme, par rapport à la plupart des autres échantillons, est situé plus près de la ligne «brosse-avant-bras», la force de recul est perçue principalement comme une poussée contrôlée, ne renversant pas la pointe ni ne remontant la brosse, ce qui fournit un plus petit saut de bouche. couper le coffre.

Pendant les pauses de tir, la première chose à faire est de toujours vérifier l’état des pièces et des mécanismes de l’arme, de les nettoyer de la poussière, de la saleté et, si possible, de les lubrifier.

Для увеличения останавливающего действия пули наиболее результативным окажется попадание в область груди или таза, где у человека имеется значительное количество костей, и пуля имеет все шансы повредить какую-нибудь из них.

Le remplacement du chargeur de pistolet TT se déroule différemment de celui de Makarov. Cela ressemble à ceci:
1. En appuyant sur le bouton store, oubliez son existence - il tombera sous l’influence de son poids. Rappelez-vous que cette méthode de remplacement d’un magasin ne peut être utilisée que dans des situations exceptionnelles, où elle coûte cher à chaque instant et qu’il importe peu que le magasin tombe dans la poussière, la saleté ou se déforme lorsqu’il heurte l’asphalte.
2. Avec votre main libre, glissez le nouveau magasin dans la poignée jusqu'à ce que le loquet du loquet émette un déclic distinctif.
Ces actions doivent être résolues de manière automatique, car lors du rechargement, vos yeux doivent regarder la cible et non le magasin.

Silencieux pour TT
L'installation d'un silencieux sur un pistolet TT est une tâche ingrate et souvent dangereuse. La conception du pistolet et la cartouche utilisée ne sont en aucun cas conçues pour cela. Sur les pistolets de l'armée les plus puissants, les silencieux ne sont pas installés en raison de
leur faible efficacité, leur encombrement et leur manque de fiabilité.

Le montage d'un silencieux perturbe le fonctionnement normal des armes automatiques. Premièrement, la partie massive fixée à l'extrémité du coffre crée une charge accrue sur la boucle d'oreille du canon et sur l'axe de retenue de la lame, ce qui peut provoquer leur rupture. Deuxièmement, une augmentation de trente à cinquante pour cent de la masse totale des pièces mobiles du pistolet réduit la vitesse de recul en deçà de l'obturateur minimum requis du pistolet. Il est possible que l'énergie disponible ne soit pas suffisante pour que la prochaine cartouche pénètre dans la chambre et que votre pistolet se transforme en «bégaiement».

Outre ces raisons, il en existe une autre, non moins importante: le silencieux n'a de sens que si des munitions à vitesse de tir initiale subsonique sont utilisées. Une balle de pistolet TT décolle à une vitesse supérieure à 420 mètres par seconde et la vitesse du son, comme vous le savez, est de 340 mètres par seconde. Dans ce cas, l’onde de choc créée par la balle qui vole à une vitesse supersonique annule l’effet intégral de l’installation d’un silencieux - la puissance du son de l’onde de choc est comparable à celle des gaz en poudre expirant au moment du tir.

Rechargement manuel des cartouches
La maîtrise des techniques de tir au pistolet est associée à une dépense importante en munitions coûteuses. Selon les estimations les plus conservatrices, pour apprendre à tirer avec précision, préparez-vous à "brûler" plus de cent cartouches de munitions sur la ligne de tir. Le coût d'acquisition de tant de cartouches est proportionnel au coût de l'arme elle-même.

L’étranger a trouvé un moyen de sortir du rechargement manuel des cartouches. Cela peut réduire considérablement le coût de la formation, car dans ce cas, seuls les composants consommables sont achetés: capsules, balles et poudre à canon, et le composant le plus coûteux de la cartouche - le manchon - peut être utilisé à plusieurs reprises. Les économies sont très importantes. Comme le montre la pratique, le coût d’une cartouche maison est trois à quatre fois inférieur au standard.

Aux États-Unis, des artisans locaux, qui semblent éprouver un plaisir particulier à expérimenter divers échantillons de poudre à canon, types de balles, ont eu l’impression de fabriquer ces munitions chez eux. En utilisant des balles prêtes à l'emploi, adaptées au tir de TT en diamètre extérieur, elles équipent les cartouches manuellement à l'aide de diverses presses. Le problème pour ceux qui souhaitent recharger manuellement les cartouches Tokarev est qu’il est impossible d’insérer une capsule du système Boxer dans le manchon en acier de cette cartouche, qui a longtemps été remplacée en Occident par de vieilles capsules corrosives Berdan.

Les Américains utilisent des cartouches de tourelles de cartouches populaires et répandues de calibre .38 «spécial» et de .357 «magnum» pour la fabrication de cartouches pour cartouches TT. Sur un tour, le diamètre de la bride du manchon diminue à 9,95 mm et la largeur de la gorge augmente pour un fonctionnement fiable de l'éjecteur du pistolet. L'opération suivante consiste à raccourcir le manchon à 25,8 mm, puis commence l'étape la plus cruciale: la formation du «goulot d'étranglement» de la configuration correspondante. La dernière opération consiste à couper le manchon à une hauteur de 25,02 mm. Le manchon reste prêt pour le rechargement, un manchon adapté à l’installation d’une capsule Boxer. Pour équiper les cartouches, vous pouvez utiliser des balles pour la carabine américaine M1.

La masse de la balle de cette cartouche dépend de son type et va de 6,53 à 7,19 grammes. Après avoir enfoncé la balle dans le manchon, il est nécessaire de vérifier la longueur totale de la cartouche, qui doit être comprise entre 34,8 et 35,05 mm - une pression trop profonde de la balle augmentera la pression des gaz de poudre et une augmentation de la longueur totale pourra faire en sorte que la cartouche reste collée au moment de l'expédition. . Il faut se rappeler que ce pistolet ne tire de manière fiable qu'avec des cartouches à balles de type militaire, par conséquent, avant de passer aux cartouches à balles expansives, vous devez vérifier la fiabilité de l'arme contenant des munitions similaires.

Vous devez être extrêmement prudent lorsque vous testez des échantillons de poudre à canon. On considère que la masse de charge optimale est celle qui fournit une balle de 5,5 grammes avec une vitesse de vol initiale comprise entre 430 et 490 mètres par seconde, et pour une balle de 7 grammes - 300 à 350 mètres par seconde. En l'absence de telles balles, un substitut peut être raccourci à partir d'un fusil d'assaut Kalachnikov de calibre 7,62 mm. Mais nous devons nous rappeler qu'expérimenter avec des balles n'est pas sans danger, Attention à ne pas coincer le canon lors de la prise de vue.

Une description détaillée de ce «processus technologique» est donnée dans l’espoir qu’une telle expérience sera utile aux tireurs nationaux ou, au moins, avertira quelqu'un d’actes frivoles.

Tir au canon

Tirer de PM dans des situations normales n’est pas très différent de tirer avec d’autres pistolets, y compris TT. La différence ne peut concerner que le volume des fonctions exécutées avec ce pistolet et des mesures adéquates pour le développement des techniques et des compétences de tir. De ce point de vue, la PM est un phénomène unique dans le monde de l'armement.

Pendant plusieurs décennies, il a été pratiquement le seul modèle d'armes personnelles utilisé par le personnel national pour l'armée et la police, et aujourd'hui pour les nombreux services de sécurité d'entreprises de sécurité et de structures commerciales. Par conséquent, le tir du Premier ministre devrait couvrir l’ensemble des conditions, du développement de concepts élémentaires aux techniques de tir dans des situations extrêmes.

Naturellement, la base de la formation est le développement des compétences de base pour le tir précis et le développement d’une culture générale de la manipulation des armes. Un manuel sur l’entraînement au tir constitue une bonne base pour maîtriser les compétences initiales. Il est de nos jours coutume de critiquer de manière incontrôlable son côté partial. Mais, je pense, un tel manuel ne devrait pas être un "livre de cuisine" pour toutes les occasions. Il y a d'autres développements pour cela, qui, exactement, devraient compléter ce document.

En général, pour approfondir les compétences de tir dans des conditions difficiles, il est nécessaire de se concentrer sur les types suivants:

• prise de vue en avance,
• la prise de vue hors jeu,
• tirer en mouvement,
• tirer dans le noir,
• tourner avec un changement de décor rapide,
• tirer de derrière l'abri,
• tirer à l'intérieur.

Bien entendu, la question se pose de savoir à quoi ressemble concrètement un processus d'entraînement au tir aussi complexe et combien de munitions seront nécessaires pour cela. Le problème existe certes, mais il existe de véritables solutions, qui consistent à utiliser les technologies de formation modernes utilisant des systèmes informatiques optoélectroniques pour modéliser la formation au tir dans des conditions extrêmes.

Par exemple, la famille de simulateurs OET-RS, OET-MA, OET-RA, OET-AK vous permet d’enseigner des techniques et des règles de tir, des mesures pour une manipulation sans danger des armes, des exercices de tir et de tir avec une précision correspondant au tir à l’arme militaire.

Les systèmes de formation avec une structure de programme plus développée permettent de résoudre ce problème dans des situations modélisées à l'aide de divers scénarios d'action de groupe et d'actions simples avec prise de vue et utilisant d'autres outils spéciaux (système Ramge-2000).

L'entraînement à l'utilisation de munitions PM standard avec cette approche est minimisé, il consiste principalement à effectuer des tirs de contrôle et à stabiliser les qualités psycho-volitives du tireur. Une certaine étape dans la maîtrise de l’art du tir de précision consiste à connaître le "caractère" de votre pistolet.

Il ne suffit pas d'avoir un pistolet dans sa poche ou dans un étui, il faut pouvoir l'utiliser à bon escient. Ce n'est qu'alors que Makarov deviendra un ami fiable sur lequel vous pourrez compter. Gardez à l'esprit le danger mortel de la manipulation présumée des armes à feu. Le respect de lui est nécessaire, car un jour il pourra vous sauver la vie.

Il faut une fois pour toutes rappeler les règles suivantes pour manipuler les armes:

• une arme à feu peut devenir un jour la chose la plus nécessaire pour vous,
• nettoyez vos armes aussi souvent que possible,
• ne pointez jamais une arme à feu sur quelqu'un qui n'a pas l'intention de tirer,
• ne donnez jamais votre arme à personne, de plus, ne la laissez pas tirer,
• connaître le dispositif et les caractéristiques de votre arme,
• s'entraîner constamment aux méthodes de manipulation des armes et de tir.

"Makarov" n'est pas le dernier mot de la technologie des armes pour atteindre de hauts résultats en tir de combat. La conception du pistolet Walter-PP, qui est à la base de la conception de notre pistolet, limite les capacités du PM en matière de tir à grande vitesse, car le ressort de rappel situé autour du canon peut chauffer considérablement et perdre ses propriétés mécaniques lors de tirs intensifs.

Parmi les caractéristiques de ce pistolet, qui obligent à ajuster la méthodologie de formation au tir pratique, comprennent la conception du fusible et la présence d'un auto-armement, nécessitant un effort assez important sur la gâchette. Lorsque le pistolet est fusionné, la gâchette est relâchée du peloton de combat, ce qui oblige l'auto-armement à produire le premier tir, réduisant ainsi le risque d'être touché par le premier tir.

Le pistolet se distingue par la finesse des formes et la complétude des traits, ce qui, en général, crée une sensation de compacité et de légèreté. En effet, lorsque vous le prenez dans votre main, le premier sentiment que le pistolet n’est pas très lourd - cela justifie pleinement sa description en tant que modèle PM compact et léger.

Parmi ses inconvénients, il y a le mauvais emplacement sur la poignée de la bague pour la sangle. Si vous êtes gaucher, lorsque vous tirez depuis le PM, vous sentez constamment à quel point il se bloque dans la paume de votre main.

Dans le monde entier, il est normal de penser qu'une nouvelle arme à feu peut se permettre de prendre quelques retards. Habituellement, après un certain tir, les pièces sont frottées les unes contre les autres, comme si elles «tombaient en place». Cependant, après un demi-siècle d’amélioration continue de la conception et du développement de la technologie de fabrication des particules, même avec un nouveau pistolet, fraîchement nettoyé de la graisse de préservation, vous pouvez être confiant dans le désordre le plus «cool».

L'exécution du magasin est fiable et simple. Bien que les ailes du magasin présentent un risque de blessure, elles font parfaitement leur travail. De nombreux propriétaires d'armes à feu ne chargent que sept cartouches de munitions dans le chargeur, ce qui simplifie en même temps le processus de chargement des cartouches et augmente la durée de vie du ressort de ravitaillement. Les Américains avertis ne pouvaient pas accepter le fait qu'avec l'introduction de cartouches dans le magasin, des blessures à la main sont possibles et que pour la deuxième année aux États-Unis, un accélérateur de chargement en plastique est proposé à quatre dollars.

Si vous souhaitez augmenter la capacité du pistolet d'une cartouche supplémentaire, vous pouvez conseiller lors du chargement du pistolet de retirer le chargeur et de recharger la chambre avec une cartouche supplémentaire. Il suffit de ne pas en faire une pratique permanente, car un pistolet chargé est une source de danger accru et le ressort du chargeur n’est pas conçu pour de telles conditions de fonctionnement. Les larges fenêtres sur les côtés du magasin permettent de contrôler facilement le remplissage du magasin et de déterminer le nombre de cartouches qu'il contient.

Le moment de la fixation du magasin dans la poignée est très clairement défini, et si vous avez correctement inséré le magasin une fois, aucune autre difficulté n’est attendue. Le seul point négatif est la nécessité d’un effort suffisant lors de l’essorage du ressort principal, en particulier pour un nouveau pistolet. Un chargeur de pistolets est équipé de huit cartouches en une moyenne de dix à onze secondes. Il faut trois à quatre secondes pour remplacer le magasin.

Le fusible est très bien situé lorsque vous retirez le pistolet de l’étui, le doigt lui-même repose sur le fusible et s’éteint par le mouvement naturel du doigt recouvrant le manche.

Lors du tir, le viseur du canon dans la fente du viseur semble très petit, ce qui rend difficile la visée, car il est difficile de contrôler ses légers mouvements latéraux et de se concentrer sur celui-ci. Un tireur peu expérimenté dans ce cas va inévitablement manquer.

La poignée du pistolet Makarov n’est pas très confortable à tenir, ce qui suggère que ce n’est pas le dernier mot de l’ergonomie des armes. C’est la raison pour laquelle il n’ya pas de contact complet de la main avec le pistolet et il est donc impossible d’évaluer avec précision sa position, ce qui le rend difficile à contrôler en tir. À notre avis, le rapport entre l’épaisseur du manche et sa largeur ne donne pas le résultat escompté, car la force appliquée sur le manche n’agit pas dans le même plan que le canal du canon, qui "tourne" le canon à droite, de sorte que vous devez appliquer une force considérable qui, naturellement, affecte négativement les résultats de la prise de vue.

Avec la forme existante de la poignée, la poignée pourrait devenir plus complète si la gâchette était située un peu plus près d'elle. Cela a également influencé le fait que l'index aurait moins de «travail» associé à la tenue de l'arme en main. Le parcours de la descente est très long, et pendant que vous le serrez, l’idée de tirer rapidement vient à l’esprit plusieurs fois. Après le tir, le canon de l’arme rebondit, puis revient à sa position initiale et, ne pas atteindre la fin, se fige à un certain angle. En effet, la descente "serrée" provoque une tension dans les muscles carpiens.

Un effet similaire est observé lors du tir de tous les pistolets et revolvers avec une force de descente importante et un centre de gravité déplacé vers le manche. Après le tir, lorsque la pression de l'index disparaît, les muscles de la paume n'ont pas le temps de se détendre et de "tourner" le pistolet vers le haut.

En tirant "doublet" cela conduit au fait qu'un saut d'arme provoque une surestimation du point d'impact du deuxième coup. Pour ce qui est du tir du Premier ministre, tenu à deux mains, la forme arrondie du pontet empêche de fixer l’arme avec l’index sur le pontet. Dans un fléau, la sensation de tir du Premier ministre est très différente de celle obtenue en tirant avec un pistolet sportif de petit calibre ou APS et le revolver Nagan. La principale différence réside dans le petit "contenu informatif" de l'arme, ce qui rend impossible l'évaluation du résultat du tir par les termes de certaines actions ou, comme le disent les athlètes de flèche, "il est impossible de marquer le tir". Le recul des particules, même avec les cartouches les plus puissantes, n’est pas important, mais il convient de préférer les poignées semi-orthopédiques aux recouvrements en plastique standard.

La force d'armement est de 3800 grammes, armant le fusible - 2200 grammes, tandis que les homologues occidentaux - pas plus de 1500 grammes. Le plus gros effort doit être fait lors du retrait du magasin - environ quatre kilos et demi.

L'effet d'arrêt insuffisant d'une cartouche de 9 x 19 mm face à un grand corps avec un criminel nécessite au moins deux coups à la fois. Pour un pistolet Makarov, qui a une énergie initiale de près de deux fois inférieure, cela est plus que pertinent. Encore plus important dans de tels cas est la capacité de mener des prises de vue ciblées en mouvement. La combinaison de mouvements actifs avec le tir est une tâche difficile et ne peut être entraînée indépendamment. En partant à l’abri, un changement de position lorsqu’un tir au genou vous enlèvera plusieurs moments précieux qui pourraient se révéler décisifs.

La précision du pistolet est conforme aux exigences applicables aux armes de cette classe. Avec une observation armée, il est normal que les trous de la cible situés à une distance de 25 mètres forment un cercle de 15 centimètres de diamètre et que le point d’impact moyen ne dévie pas de plus de cinq centimètres du centre de la cible.

Il faut en moyenne 1,2 seconde pour produire le premier coup, c’est-à-dire retirer le pistolet de l’étui et le retirer du fusible, bien qu’après un entraînement spécial, ce chiffre puisse être réduit de moitié. Avec la cadence de tir la plus élevée possible à une distance de cinq mètres, les trous de cinq tirs sont empilés dans un cercle de 200 mm de diamètre.

Il convient de noter que dans les conditions de combats de rue, toute personne, même un athlète qui a envoyé toutes les balles aux «dix premiers» dans un champ de tir, peut être confuse et perdre son avantage sur une personne qui tire, peut-être pas avec autant de précision, mais rapidement et désespérément.

Rechargement manuel des cartouches
Уверенность в оружии, навыки грамотного обращения с ним и хорошие результаты в стрельбе невозможны без постоянных тренировок в тире или на стрельбище. Если вы хотите научиться метко стрелять, то будьте готовы "сжечь" на огневом рубеже не одну сотню патронов.

За рубежом нашли выход в ручном пере снаряжении патронов, что позволяет существенно снизить затраты на тренировки. В данном случае закупаются только расходуемые компоненты: капсюли, пули и порох, а самый дорогостоящий компонент патрона -гильза - может использоваться несколько раз. Les économies sont très importantes. Par exemple, le coût d’une cartouche de calibre 9 x 19 mm est d’environ 40 centimes. Avec un équipement indépendant, le tireur américain coûtera 14 centimes. Quant à l’autre cartouche populaire, le fameux «quarante-cinquième» revolver, la différence est encore plus perceptible: sept centimes contre 45.

Le problème pour ceux qui souhaitent recharger manuellement les cartouches PM est qu’il est impossible d’installer une capsule système Boxer dans le manchon en acier de cette cartouche, qui a longtemps été remplacée en Occident par de vieilles armes corrosives, les capsules Berdan. De toute évidence, les propriétaires d’armes domestiques auront bientôt une telle opportunité, car nos marchands d’armes établissent des liens toujours plus étroits avec des fabricants étrangers. S'il existe une demande de composants pour le rééquipement, il ne fait aucun doute qu'ils apparaîtront bientôt dans nos magasins.

Certes, vous devez être extrêmement prudent lorsque vous testez des échantillons de poudre à canon. On considère que la masse de charge optimale est celle qui fournit la vitesse initiale de vol d’une balle pesant six grammes dans la plage de 280 à 350 mètres par seconde.

Certains détails de ce "processus technologique" ont déjà été donnés dans la section "TT", cette expérience risque donc d'être pénible pour les tireurs nationaux.

Retards dans la prise de vue
Le travail des pistolets TT et PM a été testé pendant de nombreuses années par la pratique de leur utilisation dans les conditions les plus diverses et les plus difficiles. Ils ont confirmé leur réputation d’arme fiable, stable et facile à utiliser. Cependant, il faut toujours être prêt au fait qu'une arme, même dans de rares cas, peut être «capricieuse». Le type principal de tels "aléas", appelé techniquement "défaillances amovibles", sont des retards dont la nature est la même pour les pistolets TT et PM.

La plupart du temps, les retards sont dus à une préparation inadéquate de l'arme pour le tir et à sa négligence, par exemple en raison d'un contrôle inattentif de l'état de l'arme avant le tir, d'un nettoyage négligent des mécanismes, d'une lubrification insuffisante ou de magasins mal équipés et d'autres omissions dues à la faute du tireur.

Les retards sont beaucoup moins fréquents lors de tirs dus à des pannes ou à l'usure de pièces individuelles. Cependant, dans ce cas, la plupart des pannes ne surviennent pas brutalement, mais en raison d'une violation à long terme de l'interaction correcte des pièces, qui pourrait être remarquée et éliminée à temps.

Une graisse excessive provoque souvent des retards lors du tir avec des armes à chargement automatique. Une grande quantité de graisse épaissie crée une résistance lors du déplacement des pièces du pistolet. Il convient donc de l'appliquer en couche mince à l'aide de chiffons préalablement imbibés. L'empilement incorrect de cartouches avec l'équipement de magasin suscite également de nombreuses critiques. Néanmoins, le principal pourcentage de retards lors de la prise de vue est associé à un retrait incomplet de l’obturateur en position arrière, ainsi qu’à son mouvement flou vers l’avant. Si un retard survient, l'arme doit être rechargée. Toutefois, si cela ne donne pas un résultat positif, il est toujours nécessaire de rechercher et d'éliminer la cause de son apparition.

Les principales raisons du retard

Échec de la cartouche dans la chambre.
Piquer une cartouche dans la paroi avant du magasin. Éliminer l'inclinaison de la cartouche dans le magasin. Tournez le déclencheur.

Verrouillage incomplet de l'alésage.
Desserrement (rupture) du ressort de rappel, épaississement de la graisse ou contamination des rainures de l'obturateur et des saillies du cadre, meurtrissures et bavures sur ces surfaces. Contamination de la cartouche ou de la chambre. Ne laissez pas tomber la dent d'éjection. Effectuer l'entretien des armes à feu.

Raté.
Ce sont des retards, ce qui signifie l'absence de tir en présence d'un coup frappant sur la capsule. Les raisons peuvent résulter soit du dysfonctionnement du mécanisme de déclenchement (déclencheur), soit de la mauvaise qualité des cartouches. Si la cartouche de la cartouche a une attaque correcte et profonde du percuteur, alors le raté est provoqué par une cartouche de mauvaise qualité. Si le tracé de la perforation est faible, mal situé ou pas du tout, alors le défaut est dans la gâchette. Une faible sortie du percuteur, sa rupture ou sa déformation, l'affaiblissement ou la rupture du ressort, la saleté ou l'excès de graisse au niveau de la section de culasse du canon - tout cela peut provoquer des ratés lors du tir. Cock la gâchette et appuyez à nouveau sur la gâchette Si le coup ne s'est pas produit, tournez le déclencheur. Si le déclencheur est défectueux, réparez-le.

Non-récupération de la manche.
Chambre ou cartouche sale, cassure de la dent d’éjection ou desserrement de son ressort. L’extraction serrée des cartouches fait que le boulon, ayant perdu une partie importante de son énergie d’extraction, n’atteint pas sa position extrême arrière et ne jette pas la cartouche hors des bras. Le manchon tombe à nouveau dans la chambre ou bien, lors de l’alimentation de la cartouche suivante, il verrouille le boulon en position médiane. Si le crochet de l’éjecteur glisse du bord de la doublure ou s’arrache en laissant une partie de la doublure dans la chambre, la cartouche suivante est poussée dans le fond de la doublure non extraite, ce qui provoque l’arrêt du volet en position médiane.
Tirez le déclencheur et le pouce vers le haut le retard de diapositive, retirez le magasin Appuyez sur le retard et tirez à nouveau brusquement sur le déclencheur. Dans les cas graves, le manchon est retiré à l'aide d'accessoires.

Violation de la manche.
Épaississement de la graisse ou contamination des rainures longitudinales de l'obturateur et des saillies du cadre, usure de la dent d'éjection, rupture, gonflement du manchon. Mais le défaut de contrefaçon le plus redoutable est la rupture transversale du manchon. Les causes de cet écart peuvent être trouvées à la fois dans le défaut de la cartouche et dans les défauts de l'arme (saleté et obus dans la chambre). Des cas répétés de rupture des manches indiquent une augmentation de l'écart entre le bas des manches et le fond du bonnet. La correction du défaut consiste à remplacer et à ajuster l'obturateur du pistolet lors de la réparation. Des ruptures longitudinales se produisent également avec la rupture transversale de la chemise. Les causes du défaut sont fondamentalement les mêmes que dans le cas d'une rupture transversale. Les fissures et les déchirures longitudinales sont particulièrement dangereuses si elles sont situées près du capuchon du manchon. Inclinez le pistolet vers la droite et, en tirant sur le boulon, retirez le manchon de l'arme. Si le manchon n'est pas retiré, l'obturateur est retardé et le manchon est cassé par une baguette.

Piquer une cartouche.
Disposition incorrecte de la cartouche supérieure, flexion des bords supérieurs des parois des magasins. Tirez le déclencheur et relâchez. Corrigez le pli des bords supérieurs du magasin.

Obturateur.
Obtient sur le volet

Saisir le pistolet

Tenez le pistolet dans votre main dominante. Votre main dominante doit saisir la poignée de l’arme afin que le pouce repose à l’intérieur du canon.

  • Votre majeur, l'annulaire et l'auriculaire doivent recouvrir l'extérieur et l'avant de la poignée.
  • L'index doit être à l'extérieur du pontet.
  • Cette façon de tenir le pistolet vous donnera le maximum d’effet de levier nécessaire pour réduire l’oscillation de l’arme dans votre main pendant le recul.

Placez votre main non dominante de l’autre côté de la poignée. Elle soutiendra l’autre main et constituera un levier supplémentaire lors des prises de vue.

  • Placez votre main aussi haut que possible sur la poignée.
  • Les quatre doigts doivent se trouver sous le pontet et l’index doit appuyer fermement contre sa partie inférieure.
  • Le pouce doit pointer en avant et être en contact avec l'autre pouce.

Support de pistolet

Prendre position lors de la prise de vue. Tenez-vous droit avec vos pieds fermement contre le sol et dirigez le pistolet vers la cible. Vos jambes doivent être à la largeur des épaules, les genoux légèrement pliés.

  • Cette position vous permettra de bouger facilement tout en apportant une stabilité à votre corps.
  • Soulever le pistolet devant vous. Vos bras doivent être étendus vers l'avant et légèrement pliés aux coudes. Le pistolet ne devrait pas être près de votre visage.
  • Le torse légèrement incliné vers l'avant, imaginez que vous «percez» un mur avec une perceuse. Ainsi, vous pouvez maintenir l'équilibre malgré le recul lors de la prise de vue.

Technique de visée

Visez. Suivez les instructions ci-dessous pour viser correctement la cible.

Lors de la prise de vue, les deux yeux sont ouverts (recommandé, mais pas nécessaire). Dans ce cas, vous devez viser avec votre œil dominant. Avec eux, vous verrez beaucoup mieux la cible.

  • Pour la plupart des gens, l'œil dominant est du même côté que la main dominante, à quelques exceptions près.
  • Pour déterminer quel œil dominant vous avez, joignez votre pouce et votre index dans un anneau. Ensuite, tendez votre bras et regardez à travers l'anneau un objet lointain.
  • Commencez progressivement à rapprocher la bague de votre visage, en gardant les yeux ouverts, mais ne la regardez pas. En conséquence, vous apporterez votre main à votre œil dominant.

Pendant la visée, l’avant et l’arrière du pistolet doivent être alignés. Le pistolet a une vue arrière et une vue avant. Lorsque vous visez, le viseur doit être exactement centré entre les deux bords de la fente de la vue arrière.

  • Le guidon se compose d’une partie et le pilier de deux parties avec une fente.
  • Entre le guidon et les bords des fentes du guidon devrait être à la même distance.
  • La partie supérieure du guidon doit également être alignée avec les bords du guidon.

Visez. Lorsque vous visez avec un pistolet, vous devrez regarder la vue arrière, la vue avant et la cible. Bien entendu, il est physiquement impossible d'examiner les trois sujets en même temps. Par conséquent, essayez de vous concentrer principalement sur les mires avant et arrière. Il est recommandé de se concentrer sur le guidon (plus près du canon du pistolet).

  • La cible devrait avoir l'air un peu floue. Vous devriez pouvoir la voir, mais elle devrait être à l'arrière-plan et être moins dégagée que les mires avant et arrière.
  • Plus spécifiquement, vous devriez vous concentrer sur le guidon. Cela vous aidera à déterminer la position relative du pistolet par rapport à votre cible.

Choisissez un endroit sur la cible. La cible a trois endroits à viser. Aucun endroit n'est préférable à un autre, vous devez donc décider vous-même lequel vous convient le mieux.

  • Vous pouvez viser directement au centre de la cible. Pour ce faire, vous devez en conséquence diriger le haut du guidon vers le centre. La ligne de la partie supérieure du guidon doit également coïncider avec la ligne horizontale du centre de la cible.
  • Vous pouvez viser juste sous la cible (cette méthode de visée s’appelle 6h00). En tir réel, visez de sorte que la partie supérieure de la mouche dépasse légèrement de la partie inférieure du champ noir de la pomme.
  • Ou vous pouvez viser juste en dessous de la cible (objectif 6). En tir réel, le viseur avant doit être dirigé approximativement vers le milieu de la partie blanche du champ de la cible en dessous de la cible.

Se concentrer. Vous aurez besoin de patience et de concentration. Si vous visez mal, alors vous allez sûrement manquer.

  • Avant de prendre des photos, assurez-vous que le viseur est correctement installé dans les fentes du viseur.
  • Prenez votre temps et soyez calme. Si vous vous inquiétez et que vous essayez de tirer fort sur la gâchette, vous risquez de perdre votre cible et de la rater.

Appuyez sur la gâchette et tirez. Faites-le avec confiance, uniformément et ne serrez pas.

  • Appuyez sur la gâchette de manière uniforme. Appuyez uniquement sur le devant de la gâchette.
  • Tout d’abord, appuyez sur la gâchette jusqu’à ressentir une résistance.
  • Continuez ensuite à appuyer sur la gâchette jusqu'à ce que vous tiriez un coup. Essayez de ne pas vous y attendre, car cela conduit souvent à un échec.

Tir de sécurité

  • Assurez-vous de tenir votre index sur le support avant de prendre la photo.
  • Dirigez le pistolet dans une direction sûre. Vous devez toujours éloigner les personnes de votre arme pour ne pas blesser qui que ce soit, ni endommager la propriété d'autrui. Si vous êtes dans un champ de tir, tenez le pistolet et dirigez-le vers le bas.
  • Considérez votre arme chargée même si elle ne l’est pas. Cela est nécessaire pour prévenir une éventuelle tragédie.
  • Vous devriez clairement voir où se trouve votre cible, ainsi que tout l’espace qui l’entoure et au-delà. Il est important de s’assurer que toutes les précautions sont prises et que personne n’entre dans la ligne de mire. La cible doit être située de manière à ne pas poser de danger pour quiconque ou quoi que ce soit à proximité. Si vous avez l'intention de tirer sur une propriété privée, assurez-vous qu'il n'y a pas de maisons ou d'entreprises à proximité.

Selon les règles et règlements Confédération Internationale de Tir Pratique (ICPS) ou dans la Confédération internationale de pratique du tir anglais (IPSС) depuis sa fondation, TROIS règles de sécurité «dorées» de base pour le tir ont été établies, également appelé CODE ARROW:

2. Je n'enverrai des armes que là où je vais tirer!

Le pistolet est toujours protégé par un étui au niveau de la taille, d’une carabine ou d’un fusil - le canon étant placé dans les mains ou dans le support du pistolet. Lorsque l’exercice est exécuté par le juge, l’arme est dirigée vers la cible. Il en va de même pour le traitement des armes en dehors de la compétition, par exemple à la maison, sur un champ de tir et sur un champ de tir (Rappelez-vous combien de fois vous avez entendu parler d'accidents de chasse?)

3. Mon doigt ne reposera sur la gâchette que si je vois la cible dans le viseur!

Cela signifie littéralement que le doigt est toujours à l'extérieur de la gâchette, sur le bâti du pistolet, sur le pontet, à l'exception du moment où vous visez et / ou tirez sur la cible (encore une fois, rappelez-vous les cas où les propriétaires de pistolets se sont tiré une balle dans la jambe et comment ils ont tiré accidentellement en nettoyant le pistolet)

Les tireurs expérimentés nommeront également une autre règle:

4. Je vérifierai toujours ce qui est devant et derrière les cibles

Et ils auront raison, cela doit être fait aussi bien lors des compétitions que lors des entraînements sur les champs de tir, à la chasse et dans tous les cas de tir. Une personne accidentelle, un collègue gape, un ramasseur de champignons dans la forêt, un animal sur un champ de tir - vous éviterez ainsi au moins les circonstances désagréables.

Vous pouvez en apprendre davantage sur le tir en toute sécurité, sur l’histoire de l’IPSC et sur le développement de ce sport merveilleux dans notre article. Tir pratique.

Erreurs de visée communes

Des erreurs se produisent lorsque vous visez de manière incorrecte. Ils se produisent si le guidon n'est pas correctement installé dans la fente du guidon. La précision de votre objectif peut être déterminée par les impacts de balle dans la cible.

  • Si la balle reposait sous le centre de la cible, la partie supérieure du guidon était alors située sous les bords supérieurs de la fente de la visée arrière.
  • Si la balle frappe au-dessus du centre de la cible, la partie supérieure du guidon se situe au-dessus des bords supérieurs de la fente du guidon.
  • Si la balle tombait à droite du centre, le guidon était plus près du côté droit de la fente de visée.
  • Si la balle tombait à gauche du centre de la cible, le viseur avant était situé plus près du côté gauche de la fente de visée arrière.

Décalage parallèle. Une telle erreur se produit lorsque les viseurs avant et arrière sont réglés correctement, mais lève la main lorsque vous donnez.

  • Tout dépendra de l'endroit où le retour dirige votre main - vers le haut ou vers le bas. En conséquence, essayez de viser juste au-dessus du centre de la cible ou juste en dessous.

Erreurs dans la tenue du pistolet. Le déplacement en parallèle n'est pas la seule erreur qui puisse se produire lors de la prise de vue. Des trous dans la cible peuvent également indiquer d'autres erreurs.

  • Si la balle touche la cible plus près de votre côté dominant, vous risquez alors de serrer le pistolet trop fort avec votre pouce ou d'appuyer trop fort sur la gâchette. En conséquence, si la balle tombe du centre de la cible de l’autre côté, vous n'appuyez pas assez sur la gâchette.
  • Si vous êtes droitier et que la balle touche le coin inférieur droit (ou inversement, si vous êtes gaucher), alors vous serrez probablement trop fort votre arme lorsque vous appuierez sur la gâchette. Si vous frappez le coin inférieur gauche, vous tirerez probablement la gâchette.
  • Si vous êtes droitier et que la balle touche le coin supérieur droit (ou inversement, si vous êtes gaucher), vous vous attendez à un recul lorsque vous tirez. Si la balle touche le coin supérieur gauche, vous vous attendez également à un recul ou ne «suivez pas la balle».

Maintenant, vous savez (en théorie) comment vous tenir debout, tenir un pistolet et viser une cible. Il ne reste plus qu'à consolider ces connaissances dans la pratique. Par conséquent, n'hésitez pas à tirer!

Et souviens toi que LE PLUS IMPORTANT - LA SÉCURITÉ!

Dispositions générales

Le tir au pistolet est effectué en position debout, au genou, en position couchée, à la main, en mettant l'accent ou en se déplaçant au volant d'une voiture, etc. Toutes les techniques de tir sont effectuées rapidement par le tireur sans arrêter d'observer la cible.

83. Le tir au pistolet comprend les techniques suivantes:

préparatifs de tir (charger un pistolet, occupant une position pour tirer),

tir de production (visant, en appuyant sur la gâchette),

cesser de tirer (cesser d'appuyer sur la fin de la gâchette, l'inclusion d'un fusible, c'est-à-dire le mettre dans la position "protection", décharger le pistolet).

84. En combat, un coup de pistolet est mené indépendamment.

À des fins d’entraînement, une commande est donnée pour tirer dans diverses positions (environ) "Dans ce but, mentir (du genou, debout) - feu ". Selon cette commande, il est nécessaire de prendre la position indiquée par la commande, d'éteindre le fusible (baisser le drapeau) et de viser un auto-armement. Un tir à cette commande peut également être tiré avec un armement préliminaire d'un coq sur un peloton de combat. Dans ce cas, après avoir mis la gâchette sur le coq, vous devez viser et appuyer sur la queue de la gâchette.

85. Для выполнения приемов стрельбы, обеспечивающих наибольшую меткость и удобство действий стреляющего, каждый военнослужащий должен в: зависимости от своих индивидуальных особенностей выработать наиболее выгодное и устойчивое положение для стрельбы, добиваясь при этом однообраз­ного положения рукоятки в руке и наиболее удобного положения корпуса, рук и ног.

Изготовка к стрельбе

86. При изготовке к стрельбе по команде «Заряжай» стреляющий должен:

— вынуть пистолет из кобуры, извлечь магазин из основания рукоятки, вложить пистолет в кобуру,

Fig. 53.Magazine de munitions

- équipez le magasin de cartouches pour lesquelles, tenant le magasin dans votre main gauche, placez les cartouches les unes après les autres avec votre main droite, en appuyant sur les cartouches avec votre pouce jusqu'à ce que la cartouche dépasse sur les bords supérieurs pliés des parois latérales du magasin, poussez-la avec une capsule près du mur arrière de la caisse du magasin,

- retirez le pistolet de l'étui et insérez le chargeur dans la base de la poignée,

- envoyez la cartouche dans la chambre du canon, fermez le fusible (baissez le drapeau), amenez le boulon de la main gauche à l'extrême arrière et relâchez-le,

- allumez le fusible (tournez le drapeau du fusible avec le pouce de la main droite afin qu'il ferme le cercle rouge) et mettez le pistolet dans l'étui.

Note En situation de combat, le pistolet doit être chargé à l'avance.

87. Prendre position debout nécessaire:

- faire un demi-tour à gauche et, sans poser le pied droit, le positionner vers la largeur de l'épaule (plus pratique pour la croissance), en répartissant le poids du corps de manière uniforme sur les deux jambes,

- détachez le couvercle et retirez le pistolet de l'étui,

- maintenir le pistolet à la verticale, museau contre l'oeil droit, tout en maintenant la position de la main à la hauteur du menton, la main gauche devant être librement abaissée le long du corps ou couchée derrière le dos,

- en tenant le pistolet avec le museau levé, placez le pouce de la main droite sur la boîte à fusibles et abaissez-le (fermez le fusible), placez l'index dans le pontet sans toucher la gâchette.

Fig. 54. position debout

Remarques: 1. Lorsque vous tirez avec la main gauche, la position du corps est opposée. Avec la main droite, retirez le pistolet de l'étui et déplacez-le vers la main gauche.

2. Si le tir est effectué avec un armement préliminaire de la gâchette et non pas avec un armement automatique, après avoir coupé le fusible, vous devez mettre la gâchette sur le coq d'armement en appuyant sur le pouce de la main droite sur la tête de la gâchette.

88. Accepter la position pour tirer du genou vous devez mettre votre pied gauche en arrière pour que le bout de son pied soit contre le talon du pied droit,

Fig. 55. Position pour tirer du genou

descendre rapidement au genou gauche et s'asseoir sur le talon, garder la jambe droite du genou au pied aussi raide que possible, le bout du pied - dans la direction de la cible, retirer le pistolet de l'étui, éteindre le fusible (baisser le drapeau vers le bas), placer la gâchette sur le cockpit, sera pré-armé, tenez le pistolet, comme spécifié à l'Art. 87.

89. Accepter la position pour tirer couché vous devriez faire un pas complet avec votre pied droit en avant et un peu à droite,

Fig. 56. Position pour tirer couché

penchez-vous en avant, laissez tomber votre genou gauche et posez votre main gauche sur le sol devant vous avec vos doigts vers la droite, puis penchez-vous successivement sur la cuisse du pied gauche et sur l'avant-bras de la main gauche, allongez-vous rapidement sur le ventre en écartant légèrement les jambes sur le côté. Sortez le pistolet de son étui, fermez le fusible et posez la gâchette sur le cockpit, comme spécifié à l'Art. 87, si la prise de vue s'auto-arme, puis après avoir coupé le fusible, insérez l'index de la main droite dans le pontet sans toucher la gâchette.

Tournage

90. Pour tirer un coup de feu de toutes les positions, vous devez: sélectionner le point de visée, sans vous arrêter pour observer la cible, tendre la main droite avec le pistolet en avant, tenir le pistolet par la poignée avec la main droite, placer l'index de cette main avec le premier joint sur la queue de la gâchette, le tirer vers l'extérieur sur le côté gauche de la poignée, le pouce de la main droite est parallèle à la direction du canon,

Fig. 57. Comment garder une arme à feu en tirant

maintenez la main droite tendue librement, sans tension, maintenez la main de cette main dans le plan passant par l'axe de l'alésage du canon et le coude de la main, ne pressez pas la poignée du pistolet et maintenez-la aussi uniforme que possible.

91. Pour viser retenez votre respiration sur une expiration naturelle, pincez l'œil gauche et regardez à travers la fente du guidon arrière afin que le guidon tombe au milieu de la fente et que son sommet soit au même niveau que les bords supérieurs de la visée arrière, placez alors le pistolet sous le point de visée (sans le vider) et simultanément commencez à appuyer sur la queue de la gâchette.

Fig. 58. position debout

Note S'il est difficile pour le tireur de fermer son œil gauche séparément, il est autorisé à viser avec les deux yeux ouverts.

92. Gâchette en retenant la respiration, il est nécessaire d’appuyer doucement sur la première articulation de l’index sur la queue de la gâchette, jusqu’à ce que la gâchette, inaperçue du tireur, arrête le peloton de combat, c’est-à-dire jusqu’au tir.

Une fois armé à l’avance, il convient de garder à l’esprit que la gâchette a un jeu libre dans lequel le tir n’a pas lieu.

Lorsque vous appuyez sur la queue de la gâchette, appuyez avec le doigt pour produire le dos droit. Le tireur doit augmenter progressivement la pression sur la queue de la détente pendant le temps où le sommet de la mouche plate coïncide avec le point de visée, lorsque le guidon s'écarte du point de visée, le tireur doit, sans augmenter, mais sans relâcher la pression, corriger le but et, dès que le guidon est de nouveau combiné au point de visée, augmentez à nouveau progressivement la pression sur la queue de la gâchette. En tirant sur la gâchette, il ne faut pas être gêné par les légères fluctuations du guidon au point de visée, le désir de relâcher la gâchette est nécessaire au moment de la meilleure coïncidence entre le guidon et le point de visée, ce qui peut entraîner un tirage de la gâchette et, par conséquent, un tir imprécis. Si le tireur, en appuyant sur la queue de la gâchette, sent qu'il ne peut plus respirer, il faut, sans affaiblir ni augmenter la pression du doigt, prendre une respiration et la retenir de nouveau, continuer à presser doucement la queue de la gâchette.

Cesser de tirer

93. La cessation de licenciement peut être temporaire et complet.

Pour arrêter temporairement de tirer la commande est donnée "Stop". Sur cette commande, le tireur doit cesser d'appuyer sur la fin de la gâchette en tenant le pistolet dans la main droite, relever la boîte à fusibles avec son pouce de façon à ce qu'elle ferme le cercle rouge (activer le fusible) et, si nécessaire, recharger le pistolet.

Pour recharger le pistolet:

- retirez le chargeur de la base de la poignée du pistolet,

- insérez le magasin équipé dans la base de la poignée,

- si le tir doit avoir lieu, fermez le fusible (baissez le drapeau) et, si le tir a lieu avec un armement préalable de la gâchette, placez la gâchette sur le coq de combat. (Si toutes les cartouches ont été utilisées avant le rechargement, vous devez retirer le boulon et le relâcher.)

Pour arrêter complètement de tirer la commande est donnée Décharge.

Sur cette commande, le tireur doit:

- arrête d'appuyer sur la queue de la gâchette,

Pour décharger le pistolet:

- retirez le chargeur de la base de la poignée,

- fermez le fusible (abaissez le drapeau),

- retirez la cartouche de la chambre pour laquelle, tenant le pistolet dans la main droite par la poignée, reprenez le boulon avec la main gauche et relâchez-le, sortez la cartouche jetée hors de la chambre de la chambre (le sol) et essuyez-la avec un chiffon,

- mettre le pistolet dans l'étui,

- retirez les cartouches du magasin: prenez le magasin dans votre main gauche, avec le pouce de votre main droite, déplacez les cartouches une par une vers l'avant le long du chargeur de magasin et saisissez-les avec la paume de la même main,

- retirez le pistolet de l'étui, insérez le chargeur dans la base de la poignée, replacez le pistolet dans l'étui et refermez le couvercle de l'étui.

Fig. 59. Comment retirer les cartouches du magasin

Sur commande “Arme - pour inspection” le tireur doit:

- retirez le chargeur avec la main gauche de la base de la poignée du pistolet et placez-le sous le pouce de la main droite devant le fusible de manière à ce que l'alimentation du chargeur soit à une hauteur de 2 à 3 cm par rapport au déclencheur,

- après inspection de l'arme par le chef tireur, prenez le magasin dans sa main gauche,

Fig. 60. La position du pistolet et du chargeur dans la main sur la commande "Arme pour inspection"

- avec le pouce de votre main droite, appuyez sur le bouton de délai de l'obturateur et relâchez l'obturateur,

- en appuyant sur la gâchette, déclenchez la gâchette,

- mettre le fusible dans la position "protection",

- insérez le chargeur dans la base de la poignée,

- Insérez le pistolet dans l'étui et fixez le couvercle de l'étui.

Tir de derrière et derrière la couverture

94. L'accent est mis sur l'amélioration de la validité du feu. En fonction de la hauteur de l'accent, le tireur doit prendre une position appropriée pour le tir.

95. Lorsque vous tirez depuis la butée, placez la main droite avec le pistolet sur la butée de manière à ce que sa main repose sur le poids et que la poignée du pistolet ne touche pas la butée.

96. Les abris sont utilisés pour rendre difficile l'observation et la défense de l'ennemi contre son feu.

97. Lorsque vous tirez avec votre main derrière l'abri, prenez la position appropriée pour tirer (debout, les genoux, couché) et mettez votre main droite à l'arrêt afin que le poignet avec le pistolet soit libre (Fig. 61 et 62).

Fig. 61. Position debout pour s'abriter

Fig. 62. Position pour tirer à partir du genou depuis le couvert